Evénement

Air Madagascar décide de se marier avec Air Austral

Air Madagascar a annoncé hier matin que son conseil d’administration a finalement choisi Air Austral comme partenaire stratégique pour assurer son développement, au détriment d'Ethiopian Airlines.


Air Madagascar décide de se marier avec Air Austral
"Le conseil d’administration a pris, lors de sa réunion tenue le 13 Mars 2017, la décision de recommander à l’Etat Malagasy la désignation de la compagnie Air Austral en tant que soumissionnaire préféré (preferred bidder)", a annoncé Air Madagascar. "De ce fait, le conseil d’administration a invité Air Austral à finaliser avec l’Etat Malagasy les négociations en vue de la signature au 31 Mars 2017 d’un protocole d’accord et au 31 Mai d’un contrat de partenariat stratégique et d’un pacte d’actionnaires", poursuit le communiqué. 

Un élément qui s'est peut être montré déterminant dans le choix de la compagnie malgache : Air Madagascar et Air Austral travaillent de longue date ensemble au travers de partages de codes. Par exemple, la ligne Tananarive vers Guangzhou lancée le 12 février dernier, fait escale à la Réunion et est gérée en commun par les deux compagnies. 

Cette association avec Air Austral va permettre à la compagnie malgache de voir le bout du tunnel tant sur le plan financier qu'organisationnel. Tous ceux qui ont eu à emprunter un vol interne à la Grande Ile sur un avion d'Air Madagascar pourront vous parler de ses retards légendaires, quand il ne s'agit pas tout simplement d'annulations au dernier moment. Air Mad reste en proie à de nombreuses difficultés sur le plan financier, commercial ou technique, malgré sa récente sortie de la "liste noire" de l’Union européenne en juin 2016. Elle dessert la France et la Chine en long-courrier, cinq destinations régionales (La Réunion, Maurice, les Comores, les Seychelles et Mayotte) et plus d’une dizaine de destinations domestiques. 

Air Austral, qui a dégagé des bénéfices conséquents au cours des trois derniers exercices, et qui a bénéficié d'un apport en argent frais de la part de la Région, ne cache pas ses ambitions et se présente comme un "leader" régional dans l’océan Indien. Et il se murmure qu'elle pourrait se servir d'Air Mad comme d'une compagnie low cost, à l'instar du modèle économique monté par Air Caraïbes avec FrenchBlue. 

Décidément, Pascal Izaguirre, le PDG de Corsair, avait parfaitement raison quand il nous déclarait, il y a environ un an, en parlant de la desserte de la zone océan Indien : "Ca va saigner" ! 

Vendredi 17 Mars 2017
Pierrot Dupuy
Lu 3343 fois