Evénement

Air Madagascar : "Air Austral n'investira pas un euro d'argent public dans la compagnie malgache"

Depuis plusieurs semaines, les choses se précisaient pour Air Austral qui restait dans le sprint final, au coude à coude avec Ethiopian Airlines, pour un partenariat avec la compagnie nationale de la Grande Ile. Le président directeur général d’Air Austral, a tenu à faire ce matin un point d’étape sur ce dossier qui a connu une évolution significative il y a 48h avec la désignation d'Air Austral comme futur partenaire de la compagnie malgache, avec laquelle elle est entrée en négociations exclusives.


Air Madagascar : "Air Austral n'investira pas un euro d'argent public dans la compagnie malgache"
Cela fait cinq ans que Marie-Joseph Malé est aux manettes d’Air Austral  avec à son actif un redressement de la compagnie, même si les syndicats se sont rappelés à son bon souvenir pendant quasiment deux longues semaines au mois de janvier… Air Austral négocie officiellement seule depuis le 4 avril avec Air Madagascar, un protocole nommé MOU. Le dossier est de taille avec Air Madagascar, compagnie nationale malgache, qui a derrière elle une histoire prestigieuse. Le président directeur général d’air Austral est très clair : Si le projet aboutit, ce qui est quasi certain maintenant, Air Austral passera en division supérieure. Elle quittera le statut de petite compagnie régionale pour commencer à jouer dans la cour des grands. "Cela changera le paysage aérien au niveau de l’Océan Indien", a déclaré Marie-Joseph Malé. 

Ce partenariat constitué avec la compagnie malgache s’impose selon lui, le marché de Madagascar, et surtout sa situation géographique, offrant un très fort potentiel. Madagascar en tant que porte ouverte vers l’Asie ou encore l’Afrique, cela pourrait avoir du sens car il existerait un véritable gisement au niveau du trafic. Marie-Joseph Malé tempère cependant quelque peu ses propos : "Le niveau du trafic de 2006 n’est pas pas encore retrouvé mais c’est en train de reprendre. Le potentiel est considérable, déjà plus 26% de croissance ont été enregistrés mais nous sommes très loin des niveaux du passé". 

Au départ de l’Europe mais aussi d’autres pays, que ce soit en classe Loisir ou Affaire, Air Austral pense tenir un vrai relais de croissance stratégique. Afin de faire face à la concurrence grandissante, la compagnie réunionnaise a donc choisi de s’engager dans la durée sur la voie d’un partenariat associant deux leaderships. 

 Air Austral va s’employer à trouver des investisseurs

Attention tout n’est pas rose pour autant… Air Madagascar, au bord de l’asphyxie est aujourd’hui contrainte de s’ouvrir… Trop peu d’appareils, un manque criant de pièces de rechange, sans parler d’un déficit d’image énorme, le défi à relever est énorme. Il s'agit dans un premier temps de trouver 40 millions de dollars, charge au gouvernement malgache de s'y atteler avec l’appui du FMI… De son côté, Air Austral va s’employer à trouver des investisseurs : Marie-Joseph Malé se verrait bien dans la configuration de trois partenaires investisseurs à hauteur de 12 millions chacun. 

Air Austral n’investira pas avec ses fonds propres… Ce qui a permis à Marie Joseph Malé de rassurer les Réunionnais qui auraient pu s'inquiéter de voir notre compagnie régionale investir dans Air Mad : "Pas un euro d'argent public ne sera investi dans la compagnie malgache. Ce sont des partenaires financiers étrangers qui investiront. Air Austral n'apportera que son savoir faire"

Comment s ‘annonce la suite, maintenant qu'Air Austral a été choisi comme partenaire exclusif ? La quête aux investisseurs va donc commencer avec fin mai 2017, la signature d’un contrat de partenariat définitif ainsi que celle du pacte d'actionnaires avec le gouvernement malgache. Marie-Joseph Malé et ses équipes prévoient une première phase s’étendant de 2017 à 2020 dans laquelle il s’agira de rétablir les fondamentaux. De 2020 à 2027, Air Madagascar entrera dans sa phase de décollage, avec l'acquisition, ou plus probablement la location, de nouveaux appareils afin de desservir de nouvelles destinations, que ce soit à l'intérieur de la Grande Ile ou à l'extérieur… 

De la même façon qu’il avait opéré avec Air Austral, Marie-Joseph Malé va placer le développement du réseau au cœur de ses priorités et va se concentrer sur les routes stratégiques. Un renforcement du réseau long courrier avec des dessertes vers Johannesburg, Paris puis l’Europe, l’Asie, l’Inde et des destinations en Afrique (Kenya, Mozambique...) devraient permettre à Air Madagascar de retrouver ses parts de marché historiques. 

Un renforcement de la flotte nécessaire 

Un renforcement de la flotte s’imposera. Un problème se posera alors : Air Austral vole sur Boeing et Air Mad sur Airbus. L'avantage principal du rapprochement des deux compagnies donnera alors toute sa mesure : La nouvelle entité sera bien plus forte pour négocier avec les deux avionneurs un renouvellement complet des deux flottes. L'objectif final serait de n'en choisir plus qu'un. 

Demeure le problème du risque pays, car ce partenariat va s’entendre à hauteur de 51% pour le gouvernement malgache qui conservera la majorité. Mais cet écueil sera contourné via la signature du pacte d'actionnaire. Air Austral aura bel et bien la main sur la conduite de la compagnie malgache. 

Et quid de la concurrence low cost sur les lignes de l’Océan Indien avec l’arrivée imminente de French Blue ? Le président directeur général de la compagnie se veut une fois de plus rassurant : "L’impact de French Blue est déjà intégré dans nos prévisions et je pense que nous sommes en mesure de résister… Je ne suis pas certain que sur la période d’été, où les tarifs sont traditionnellement les plus élevés, que French Blue soit moins chère qu’Air Austral !". Et il rajoute, avec un air faussement contri : "Et puis on va voir ce que Norvegian va faire sur les Antilles", sous-entendu que la future low cost du groupe Dubreuil pourrait bien avoir un plan de vol un peu perturbé dans les mois à venir sur sa destination de base, les Antilles. 

Est-ce que Air Madagascar pourrait devenir la future compagnie low cost d'Air Austral, avec des personnels malgaches payés moins cher que celui d'Air Austral, et avec laquelle notre compagnie régionale pourrait aller titiller Air Caraïbes sur les Antilles, histoire de lui rendre la monnaie de la pièce French Blue? "Je n'y ai absolument pas pensé", répond Marie-Joseph Malé, avec malgré tout un petit sourire malicieux... 

Interrogé sur le faible bénéfice de la compagnie par rapport à son chiffre d'affaire, le PDG a également précisé qu'il avait un des meilleurs ratios du marché. Avant d'ajouter : "Si le siège social d'Air Austral n'était pas situé à la Réunion mais à Maurice, ce n'est pas 10 millions d'euros de bénéfices que nous ferions, mais 30" !!! 

En attendant Corsair vient juste d’annoncer son arrivée sur Tana à compter du 9 avril à 198€ sans bagage. Pascal de Izaguirre, le PDG de Corsair, est venu se rappeler, à sa manière, au bon souvenir de ses concurrents...

Jeudi 6 Avril 2017
Catherine RONIN
Lu 1183 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 13 Février 2018 - 16:27 Une île réservée aux femmes en vacances