Fille à la Une

Aurélie Chamand, la chamane quantique

Ayant pour principe de dire oui aux opportunités de la vie, Aurélie l’artiste a accepté l’expérience de poser pour Fille à la Une… Une rencontre à fortes vibrations…


A 32 ans, Aurélie Chamand est une artiste aux multiples facettes mais pas que… Cette habitante de l’Etang Salé se définit comme  "une amoureuse de la vie ". Atypique, elle l’est et ce aussi dans sa vie professionnelle, ayant choisi d’embrasser une carrière artistique. Artiste polyvalente elle l’est devenue grâce à sa formation effectuée en Métropole dans une école pluridisciplinaire. 

Pendant 3 ans à Paris elle s’est formée à l’art du spectacle vivant, perfectionnant le chant tout en apprenant la comédie et la danse. De retour dans notre île, la belle créole a ainsi pu intégrer la compagnie professionnelle  Acta (ndlr : l’excellente compagnie du Théâtre sous les Arbres). Côté vie privée la trentaine a été déterminante pour Aurélie. Son parcours intérieur est très dense. Sans se préoccuper du qu’en dira-t-on, l’artiste avoue : « depuis toute petite je vois le monde invisible ». Aujourd’hui elle a donc choisi de développer parallèlement à ses spectacles son activité de soins énergétiques . " Je propose de la lecture de l’âme. Je veux  aussi à travers ce que j’écris ou ce que je chante raconter cette réalité du monde… ".

Comment se définirait-elle ? " Je suis une chamane quantique. Je communique avec la nature… "… Son projet actuel ? Elle enregistre avec son groupe Ismaryam des textes à "portée vibratoire ". Celle qui chante depuis toute petite, veut "se servir de sa voix comme d’un instrument "…

Aurélie Chamand, la chamane quantique
Notre belle chamane qui ne regarde jamais les informations a fait un choix de vie, ne voir que ce qui est beau " et j’arrive à voir la beauté partout… Je remercie la vie ". Elle est comme ça Aurélie et ça fait du bien !

 


Aurélie Chamand, la chamane quantique


Jeudi 30 Mars 2017
Lu 5420 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Novembre 2017 - 10:53 Santinah Eperonnier, la polyglotte autodidacte