Portrait

Babou Patel, un homme de cœur :Président honoraire de La Croix-Rouge France Réunion

Il aura fallu toute la force de persuasion de Madame Aude pour convaincre le très très discret Babou Patel de figurer dans sa rubrique, comme elle lui dit si bien: «Oté, il a fallu bataille avec ça!»…
Qui est-il, cet homme aux yeux bleus incroyables, marrons, cerclés de bleu translucide, hérités de sa mère?
De son vrai nom Issop Patel, il est né en Inde, à Bombay plus précisément, et a été baptisé Babou par sa nounou alors qu’il avait un an. Marié, il aura deux enfants, il travaillera aux côtés de son père avant de fonder l’une des premières librairies de La Réunion, puis une imprimerie, ainsi qu’une unité de fabrication de carnets de chèques pour les banques…
Une vie professionnelle riche, mais l’homme a pris toute sa dimension aussi dans la vie associativeet citoyenne réunionnaise.
Un engagement au sein de La Croix Rouge Réunionnaise, pendant plus de 20 ans dont 10 ans comme président), ainsi qu’à la Mairie de Saint-Denis...
Ce membre des Sages de La Croix Rouge française, qui n’est qu’humilité, ne pouvait que croiser le chemin de Madame Aude
Madame Aude prend la parole et éclate de rire. Babou avait une librairie à l’époque, et j’étais chargée de collecter des lots pour un dîner de charité. Je suis rentrée dans cette magnifique et grande librairie de la rue du Maréchal Leclerc et ai lourdement insisté pour voir le directeur. Mon culot a payé comme d’habitude, j’ai vu Babou qui m’a donné quelques livres. J’ai été subjugué par ses yeux, avec ce tour bleu et marron à l’intérieur… Je lui ai dit: «Vous avez des yeux extraordinaires…» (ndlr: un médecin à Paris a confirmé que de tels yeux étaient une rareté).
Il m’a ensuite invitée à un dîner chez lui au Brûlé, un succulent repas, une très belle propriété dans un trou de bébètes. Il y avait des chats incroyables, des monstres de beauté, énormes.
J’étais obnubilée par ses yeux et ses chats. Le personnage m’a toujours attirée et nous avons été ensuite amenés à nous revoir souvent pour la Croix Rouge.


-Quel est ton parcours, tu es parti de rien?
J’ai travaillé dans le commerce avec mon père, et puis, par le hasard d’une rencontre, j’ai monté ma librairie, en pionnier à La Réunion. Je l’ai fait tout seul, sans aide matériel, mais avec le soutien moral d’un directeur d’école.
Madame Aude: Babou au milieu des années 50 a vraiment donné un renouveau à la vente dans Saint-Denis, sa librairie a été une institution rue du Maréchal Leclerc. A l’époque, les boutiques ne ressemblaient à rien, lui avait un très grand magasin avec des vitrines très bien éclairées…
Babou Patel: C’est vrai, on m’en parle encore de la librairie… Ensuite, j’ai voulu créer une autre entreprise et suis passé à l’imprimerie en 1962… En 1983, j’ai ensuite monté une unité de fabrication de carnets de chèques pour les banques réunionnaises… C’était des chèques avec des photos dessus, fabriquées à La Réunion.
Madame Aude: Il a vraiment un parcours extraordinaire et de tels yeux!

-Et la Croix-Rouge, pourquoi es-tu venu dans cette association qui peut avoir une connotation un peu snob?
Dans le monde associatif, je n’ai jamais rien demandé… A La Croix-Rouge, comme à la mairie, on est venu me chercher… J’ai accepté, car quelqu’un que je connaissais est venu faire faire des cartes à l’imprimerie et m’a proposé de les rejoindre… J’ai eu la présidence pendant 10 ans, mais franchement je n’ai jamais été demandeur.
A l’époque, la Croix-Rouge réunionnaise était une petite association mais très dynamique. En acceptant d’y entrer, je voulais travailler, faire avancer les choses. J’ai été promu trésorier au début. Je me suis concentré ensuite sur la fondation d’une maison de retraite, il n’y avait quasiment aucune structure d’accueil à l’époque. Elle a vu le jour en trois ans.
J’ai utilisé tout mon réseau, en étant commerçant rue du Maréchal Leclerc pour la Croix-Rouge, je voyais beaucoup de monde. Je les sollicitais tous et ça a marché. En 1996/97, nous avons monté l’épicerie sociale pour les plus démunis. Elle existe toujours et permet d’acheter des produits à 10% du prix pratiqué en grandes surfaces. C’était la première de l’île.
Madame Aude: Sa simplicité a toujours fait qu’il a fui les honneurs… Maintenant trop de gens recherchent la gloire!

-Raconte ta Croix-Rouge…?
Quelque chose d’important pour moi, car après l’épicerie sociale, ce futla création de la Plateforme de l’Océan Indien. Le terrain nous a été donné par la Mairie de Sainte-Marie. Cette plateforme de secours permet d’emmagasiner du matériel de secours pour 10 000 personnes et est opérationnelle immédiatement sur la zone. A 72 ans, il a fallu que je quitte mon poste, c’est le règlement qui le voulait…
Madame Aude: J’ai vécu la même chose dans des conseils d’administration. C’est de la préhistoire cette histoire de limite d’âge!

-Tu as fait de la politique aussi?
Non, pas de politique… C’était plus un engagement citoyen aux côtés d’Auguste Legros, alors maire de Saint-Denis. Pendant mon premier mandat, j’ai été conseiller municipal pour travailler, comme à La Croix Rouge. Je suis rentré dan toutes les commissions. Au bout de deux ans, je n’en n’ai gardé qu’une, la Commission d’Aide Sociale. J’allais toutes les semaines au tribunal pour discuter de dossiers de gens en grosses difficultés financières… J’ai refusé de m’occuper de la commission d’appel d’offres à la mairie, trop compliqué!
Madame Aude: Ca ne m’étonne pas de toi!
Lors de mon deuxième mandat, j’étais responsable de la Commission Economie et Emploi. La création de l’ADPE (désormais Nordev) à la fin des années 80 a été quelque chose de passionnant! J’ai fait deux mandats et suis parti avec Auguste Legros.

-Et ta vie privée?
Je suis très famille, j’aime être avec mes enfants et petits-enfants. Je suis quatre fois arrière grand-père et pas du tout mondain…
Madame Aude: Et il a un autre point commun avec moi, il aime les belles choses et peut sur un coup de cœur faire un achat… Il a une table géante extraordinaire avec un aquarium incorporé. Il me plaît!

Catherine Ronin


Babou Patel, un homme de cœur :Président honoraire de La Croix-Rouge France Réunion


Lundi 24 Juin 2013
Lu 344 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Août 2017 - 16:27 Louïz, au-delà du genre...