Cuisine

Certaines friandises seraient toxiques

L'ONG Agir pour l'environnement révèle la présence de nanoparticules de dioxyde de titane dans une centaine de confiseries. L'enquête qu'elle a publiée cette semaine alerte sur la présence de cette substance potentiellement dangereuse pour la santé dans certaines friandises très populaires.


Certaines friandises seraient toxiques
Têtes brûlées, M&M's, chocolats Milka, chewing-gum Airwaves... Durant Halloween, des enfants français auraient été en première ligne en absorbant du dioxyde de titane présent dans les friandises. D'après une enquête de l'ONG Agir pour l'environnement, une centaine de ces célèbres confiseries serait susceptibles de contenir des nanoparticules, notamment de dioxyde de titane.  

Cette composante se cache derrière l'additif alimentaire (colorant) E171 et est potentiellement dangereuse pour la santé. L'ONG n'hésite pas à citer des marques précises dans son étude notamment Freedent, Hollywood, Skittles, les biscuits LU, Malabar, et même les décorations de gâteaux Vahiné.  

Les nanoparticules comme le dioxyde de titane sont extrêmement petites (un milliardième de mètre, soit 50 000 fois plus petites qu'un cheveu). Elles ont la capacité de franchir des barrières physiologiques de type intestin, cerveau ou reins.
A travers leur consommation de sucreries, les enfants ingèrent deux à quatre fois plus de titane que les adultes. De plus, leurs corps en pleine croissance les rendent extrêmement fragiles et donc plus exposés aux risques : un dysfonctionnement de l'ADN, des réactions inflammatoires, la mort de certaines cellules, et du stress oxydatif, qui génère -à degré élevé- certaines maladies chroniques comme la cataracte, le cancer ou le diabète.  

Certaines friandises seraient toxiques

Jeudi 3 Novembre 2016
Lu 1215 fois