People Réunion

Douglas Kennedy: “Tu es responsable de ton bonheur”

«Dans mes livres, je rôde toujours autour de l'idée que chaque homme est très doué pour construire sa propre prison, le mariage étant la prison la plus commune. Le couple rongé par le sentiment confus de culpabilité est l'un de mes thèmes obsessionnels»... L’écrivain Douglas Kennedy était dans l’île la semaine dernière. Rencontre.


Douglas Kennedy: “Tu es responsable de ton bonheur”
“Cinq jours”, son dernier roman totalement bouleversant

L’Américain Douglas Kennedy est aujourd’hui l’un des auteurs favoris des Français, ayant vendu plus de 6 millions d’exemplaires de ses romans incontournables comme «L’homme qui voulait vivre sa vie», «Les Désarrois de Ned Allen», «La Poursuite du bonheur», «Les Charmes discrets de la vie conjugale» etc...   Succès mondiaux, plusieurs de ses romans ont été adaptés au cinéma. 
Pour la première fois, ce grand auteur moderne est venu rencontrer son public réunionnais au cours de soirées littéraires et de séances de dédicaces, à l’invitation d’Agora, et par la même occasion présenter son excellent dernier roman, «Cinq jours».
Ne pas lire le dernier Douglas Kennedy avant de convoler en justes noces... L’auteur américain, chouchou des Français, allure nonchalante, a, pour sa conférence de presse, eu égard a la chaleur ambiante, exceptionnellement laissé son blouson de cuir de côté. Dans un français parfait, mâtiné de son accent américain, l’auteur campe le décor de son nouveau roman qu’il a écrit dans la peau d’une femme, Laura. Bourré d’humour, il ne peut s’empêcher de remarquer: «On m’a dit que j’avais une connaissance extraordinaire des femmes. Mon ex aura sans doute un avis sur la question...». 
«Cinq jours» reprend l’une des questions essentielles de l’auteur comme il l’avance d’emblée: «L’une de mes obsessions, la plus simple des questions est: Que veut-on? Pourquoi crée-t-on sa propre prison? Laura a une vie étriquée, comme beaucoup d’Américaines, elle n’a même pas de passeport. Richard, qu’elle rencontre par hasard, est un homme gris, pas très intéressant. Ce sont deux personnes qui, respectivement, sont mariés, mais sont seules dans leur mariage. J’ai l’expérience de cela, la solitude dans le mariage. L’autre question est pourquoi est-ce si difficile de partir? «Cinq jours», beaucoup de personnes me le disent, est comme un miroir...
Au début d’une histoire d’amour, tout est dégagé. Il y a la question, l’éternelle... Pourquoi le bonheur est-il si difficile? C’est comme un défi. La vie est comme un mélange et la plus grande lutte  dans cette vie c’est soi-même... Malheureusement, je n’ai toujours pas de réponse!»
En attendant, Douglas Kennedy a déjà livré son prochain ouvrage, un livre philosophique existentiel selon ses propres termes.  Il est fort à parier qu’il nous interpellera sur le bonheur, la mort, la solitude... Indispensable Douglas!
C.R.
 

“Cinq jours”

Laura et Richard... Deux inconnus, des Américains lambda, à un tournant de leur existence, enfermés dans leur couple, pendant cinq jours se découvrent, se confient et vivent une histoire d'amour, aussi passionnelle que fugace. Un nouveau roman tendre et amer, une subtile réflexion sur la vie adulte, la solitude, l'amour et la mort, qui retrace le destin de personnages figés dans une vie qu'ils se sont imposés. Douglas Kennedy l’assène: «Tu es responsable de ton bonheur!»...

Mardi 11 Février 2014
Lu 449 fois



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 22 Octobre 2018 - 12:14 Estelle Félicité, la coach de vie qui chante