Evénement

Enawo,la désolation à Madagascar : l'appel du Père Pedro

Le passage d'Enawo sur Madagascar se solde par un funeste bilan. Au moins cinq morts seraient à déplorer les dégâts sont très importants. Notre confrère Serge Marizy, en reportage sur la grande île, vient de nous livrer un cliché qui en dit long sur la détresse des 12 000 sinistrés.


Photo: Serge Marizy, Zone Australe
Photo: Serge Marizy, Zone Australe

Le père Pédro a lancé l'appel à la solidarité suivant:

"Le  Cyclone  est entré  dans  la nuit du  7 mars dans L'ILe  par le nord-est  et a traversé ensuite  de nord  au sud tout Madagascar. La région la plus touchée  est Le Sava puisque le cyclone entrant avec toute sa furie en terre ferme par Antalaha et Maroantsatra les rafales de vent  était estimé à 300 km heure. Ensuite des rafales à 200 km et dans les hauts plateaux les rafales ont  diminué a  80  km. La Région de la Sava a été détruite, on parle de  80 % .

Pour la Région d'Antananarivo, beaucoup de pluie  et cela a  emmené  des glissements de terrain  et des  destructions d' habitations déjà très  fragiles et précaires dans les bas  quartiers. 

Des milliers  de familles sinistrées. Elles se sont refugiées dans les écoles et les grandes salles de sport, mais là il n'y avait  absolument  rien, qu'un lieu vide. Tous ont emmené les affaires personnelles qu'ils ont pu sauver .

Cela veut dire que rien n' est prévu pour de telles catastrophes, juste un lieu  plus sur pour y dormir c'est tout. L'eau potable et les sanitaires font grand  défau  dans tous ces lieux de réception des sinistrés . 

Nous  manquons  gravement  encore d'un sens de prévision le plus élémentaire pour  prévoir  des  catastrophes naturelles  et aider les plus fragiles et les plus pauvres  de notre  pays!

Pour le moment il faut attendre  les informations qui vont monter à la Capitale pour savoir davantage sur les dégâts dans toute l'étendue de l'Ile, qu'a provoqués le Cyclone  Enawo .

Il faut savoir  que Madagascar est déjà  sinistré  sans les Cyclones. Mais quand les cyclones réels arrivent sur L' Ile ,alors la situation devient  dramatique .

Dans  nos villages d' Akamasoa ,nous avons eu pas mal de  dégâts : des murs de soutènement  qui se sont  écroulés, des toits des maisons endommagés, des latrines et douches  qui se sont  effondrées, de même  beaucoup des  poteaux d' électricité tombés par terre et qui sont en plus dangereux , surtout pour les enfants qui peuvent être électrocutés .

Une grande partie  des  familles  à Akamasoa  vivent  de ce qu'ils gagnent  dans la journée . C'est pour cela  que les femmes  , sont allées travailler dans la carrière même  sous la pluie . En voyant le courage de ces  femmes  , nous ne pouvons pas rester  indifférents et insensibles.

Moi-même  j'ai été  ému  ce matin  en voyant le  courage de  ces mères  de familles . Quand  je leur  ai dit de rentrer à la maison,elles m'ont répondu:".. et que est ce qu'ils vont manger nos enfants ?" .

Aider  de telles  mamans c' est un acte de compassion et de justice naturelle.

Malheureusement il faut un  cyclone Enawo, qui fait de morts ,  des  destructions massives et dramatiques pour  que l'opinion  internationale  s'occupe de Madagascar et son peuple plein de  joie de vivre .

Cette population stagne  dans une  pauvreté qui nous  pousse à nous insurger contre  les égoïsmes  et les injustices faites aux plus pauvres des pauvres .

Aidons  par  amour  et par compassion surtout les enfants qui sont si nombreux dans cette  précieuse Ile de Madagascar.

Je souhaite de tout cœur  que cet appel  au secours  en faveur  du victimes du cyclone Enawo soit entendu  en France et ailleurs par  les  personnes généreuses  et sensibles  à la détresse  des autres .

En tant qu' humain  et ensuite en tant que  croyant; nous  ne pouvons pas rester  indifférents , c'est pourquoi  je me joins  à toutes  les personnes de  bonne volonté pour lancer cet appel au  secours  à ceux  qui  nous tendent la main pour être  secourus et qui vivent  dans des situations inhumaines.

Nous ne pouvons pas  rester les bras  croisés quand  nos frères  souffrent  du manque de tout , un toit, l'eau potable , du riz ,  de  couvertures ,  de vêtements  et des  médicaments. 

La  façon la plus  pratique ,rapide et direct   d'aider ; c'est d'envoyer  une aide financière ,puisque les aides par  container  vont trainer  trop longtemps  et elles arriverons  trop  tard  avec tous les ennuis  qu'on connait à la douane en plus.

C'est  formidable de voir  la foi et la fraternité traduit  en actes !

Que Le Seigneur bénisse tous ceux qui vont adhérer et tous ces frères et sœurs, qui  vont porter secours à leur prochain!

Vive  la Fraternité et vive le partage !"

Vendredi 10 Mars 2017
Lu 852 fois