People Réunion

Fréderic Faby

Touche pas à ma boîte…

Le verbe haut et de l’énergie à revendre sont les principales caractéristiques de Frédéric Faby. Malheur à celui qui lui chercherait des noises... Le PDG de Colipays ne s’endort pas sur ses lauriers en cette période de crise et continue à innover, aux autres de le suivre…


Fréderic Faby

Côté Chic


Avant même la première question Frédéric Faby a déjà répondu… Colipays va bien, va très bien dans cette période de crise. Sa petite entreprise ne connaît donc pas la crise depuis 16 ans. Selon lui, la relation humaine n’est pas affectée par la conjoncture et la chaleur et l’amour d’un cadeau seraient un excellent médicament anti-crise… Un chiffre tombe, +15% de chiffre d’affaires à fin 2008… Colipays ne s’endort pas, se bat et est de plus en plus imaginatif. Une autre question?
L’entreprise est au cœur de l ‘actualité actuellement avec le lancement de son nouveau produit, le coffret prestige gourmand… L’ idée est simple mais redoutable: la métropole va pouvoir à son tour régaler les Réunionnais en envoyant des spécialités de là-bas. 120 000 familles par an étaient livrées en fleurs et letchis en métropole… La générosité des Réunionnais va pouvoir maintenant s’exprimer dans les deux sens .
L’homme est fan de jet-ski et a impliqué son entreprise dans sa passion avec succès. Son équipe a été championne de La Réunion de nombreuses années. Le bouillonnant PDG d’ailleurs verrait bien une manche de la Coupe du Monde ici, les Antilles ont bien la leur… Et bien entendu il en sera le premier partenaire!
 

«Je fais des cauchemars»

Comment alors Frédéric Faby explique t-il qu’aucune concurrence sérieuse n’arrive à l’inquiéter? Tout simplement parce qu’il s’investit beaucoup dans son entreprise… Il avoue même faire des cauchemars. «Cette boite, c’est de l’orfèvrerie par sa complexité. Chaque rouage doit fonctionner en même temps. C’est d’une complexité énorme en terme de logistique. Tout est calé au millimètre près». Pas de place aux amateurs donc, qu’on se le dise!
 

Fréderic Faby

Côté Choc


L’homme qui fait des cauchemars ne tressaille même pas lorsque la délicate question de son développement à l’international est évoquée, car il faut l’avouer le dossier n’a pas beaucoup évolué. La problématique des alcools serait en cause sur Dubaï et toujours sans solution. L’île Maurice connaitra des débouchés, des discussions sont en cours avec deux grandes chaines d’hôtel… Quant à savoir lesquelles, secret… Le gouvernement mauricien lui déroulerait le tapis rouge.
 

«C’est vrai que je n’ai pas bien reçu l’inspectrice du travail»

Faby côté choc… Facile, l’actualité ne l’a pas épargné en décembre dernier. Il revient sur l’épisode sans tabous et s’anime encore plus qu’à son habitude. «L’inspectrice du travail a débarqué le jour le plus important pour moi. C’est vrai que je ne l’ai pas bien reçue! Aujourd’hui Colipays est toujours là et, elle, est en métropole. CQFD! J’ai agi comme une louve avec ses petits. J’avais 1 million € en fret et une caution financière. J’ai une responsabilité morale par rapport aux Réunionnais qui attendaient que je livre les colis. Les services de l’Etat ont agi de façon inadmissible. Ca a été du harcèlement judiciaire avec une volonté de nuire à l’entreprise Colipays. Il finit sa diatribe en citant Churchill: «On considère le chef d'entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peu voient en lui le cheval qui tire le char».

Dimanche 3 Juillet 2011
A P
Lu 3677 fois