People Réunion

Karl & Christian Técher

Une success story réunionnaise

L’itinéraire de Karl Técher est simple et dense à la fois: «J’ai quitté l’école à 15 ans et j’ai travaillé… Je ramassais des œufs sans être déclaré. J’ai gravi les échelons et suis passé dans l’encadrement dans une plantation de canne. J’ai fait de la formation continue puis, en 1971, me suis acheté un petit bout de terrain. J’ai commencé à faire du porc et en 81 j’avais 15 truies. Chance peut-être, mais travail, oui! Aujourd’hui, j’ai une entreprise agricole avec 22 salariés, une production d’œufs de 54000 poules, de la canne et de la vanille. Mon exploitation est diversifiée. A force d’économie, j’investis aujourd’hui dans une entreprise agro-alimentaire… Mon bilan? Même si je n’ai plus rien à prouver, j’estime avoir réussi dans ma vie familiale et professionnelle. Pendant 20 ans, j’ai été président de l’Urcoopa, je n’ai jamais pris de vacances …»


Karl & Christian Técher
Le père ouvre aujourd’hui une entreprise avec son fils. Est-ce une transmission? Le père répond: «Christian prend la direction de Sud Service Traiteur dans une toute nouvelle usine. Nous avons un associé, LMD. Nous fabriquons des plats cuisinés créoles avec un côté traditionnel ainsi que de la cuisine indienne et chinoise. Ces plats sont vendus au rayon frais, en grande surface, et aussi en plats surgelés, sous la marque Fourchette d’Or Origine. Les capitaux restent familiaux, dans la famille Técher. Mon second fils, Olivier, reprendra l’exploitation agricole». Mais n’est-il pas difficile de vivre à l’ombre de Karl Técher? Christian sourit et répond sans hésitation «Oui, un petit peu : ça impose de prouver que l’on est capable par soi-même. Mais, je garde l’indépendance de mes idées et même au prix de coups de gueule. C’est mon choix de venir travailler avec mon père! J’ai fait les études que j’ai voulues, il ne m’a rien imposé».

Karl & Christian Técher
Karl reprend vite la parole : «La cuisine, c’est aussi ma passion …». Ils redeviennent sérieux à l’évocation des valeurs transmises par le père au fils: ­«Le premier conseil que je lui donnerais est de respecter ses engagements et de rester modeste». «Les valeurs que papa m’a transmises? Le travail, depuis tout jeune, d’être conscient des difficultés de la vie et de profiter de la famille, qui est une valeur importante dans la société réunionnaise. Je voudrais véhiculer les mêmes valeurs à mes filles». Et l’avenir? Karl Techer répond: «Je pense organiser ma succession d’ici 2 à 3 ans mais, en attendant, nous travaillons sur Sud Service Traiteur. Concernant la crise, je suis optimiste de nature et pense que la crise va durer, mais il y aura de meilleurs jours. Il faut faire le dos rond… Je m’attends à deux années difficiles par rapport à l’entreprise et après…» Il finit sa phrase par un sourire discret, tout en regardant son fils avec complicité…. Une passation de pouvoir?

CR



Karl & Christian Técher
Une trentaine d'années les séparent certes mais les valeurs ont su, passer la barrière des générations. Fiers de leurs racines paysannes et de leur travail, le père revient sur son exceptionnel parcours et le fils sur leur grand projet enfin concrétisé.

Jeudi 28 Mai 2009
A P
Lu 2548 fois



Dans la même rubrique :
< >