Evénement

La très grande classe de la Business de Corsair

Pari indéniablement réussi pour Corsair et sa toute nouvelle Classe Business sur la destination Réunion après quelques semaines d'exploitation... Alors que la ligne est plus que jamais hautement compétitive, la compagnie dirigée par Pascal de Izaguirre continue sa stratégie de montée en gamme en offrant 12 sièges Classe Business. Un produit très abouti !


Rien n'a été laissé au hasard ... Alors que la classe Grand Large de Corsair faisait l'unanimité en termes de rapport qualité prix, Pascal de Izaguirre a voulu parfaire son offre, et à l'instar d'Air France et d'Air Austral a choisi de proposer un produit tri classes.
Une montée en gamme hautement stratégique sur cette niche qui a nécessité une refonte de la cabine, une mobilisation de tout le personnel et enfin un gros travail sur la prestation gastronomique... 

Une cabine privative véritable Classe Business
Placée sur les 747 en cabine avant du pont supérieur, ou en cabine avant sur les A330, l'espace Business est comme il se doit privatif... Le confort est dans le détail : prises secteur et USB, une tablette Ipad Pro 13 pouces, un casque réducteur de bruits Sennheiser offrant un haut niveau de qualité de son.
Et les 12 sièges agencés en duo? Ces derniers larges "full flat", sont convertibles en lit, accompagnés d'une couette, d'un oreiller et d'un précieux coussin de support lombaire... Corsair s'est hissé au niveau d'Air France et d'Air Austral, largement sur l'aménagement cabine. 
 

Un personnel navigant formé à ce service spécifique
C'est sur la base du volontariat que les PNC évoluant sur la cabine Business ont été recrutés, et cela se sent : le service est impeccable et personnalisé. Ces derniers, plus de 250, ont reçu une formation spécifique savoir -être et savoir-faire. L'accueil passager, si important, a été travaillé et ce dès l'enregistrement. Les personnels techniques à bord ont également reçu une formation de sensibilisation à l'accueil des passagers de cette nouvelle classe, le commandant venant par exemple saluer la cabine.
Tout est dans le détail, ce petit plus qui fait la différence... Prise des vestes et manteaux sur cintres, champagne d'accueil, repas et ventes à bord à la demande. Tout a été conçu pour le confort et la quiétude du passager : le maître mot semblant être définitivement la discrétion et la personnalisation. 
 

Le menu Prestige signé Michel Rostang et Petrossian
Le menu Prestige signé Michel Rostang et Petrossian
Une prestation gastronomique signée Michel Rostang
Le chef étoilé Michel Rostang a pris le risque de la gastronomie en plein ciel et a transformé l'essai. Les produits les plus fins ont été sélectionnés comme Petrossian pour le caviar ou Billecart-Salmon pour le champagne. Servis à l'assiette, les mets sont fins et adaptées. Corsair, sur la destination en Business, a hissé sa table sur la plus haute marche du podium.

Le menu Signature proposé sur le tronçon Paris -Réunion offre par exemple une superbe salade de Quinoa, crevettes roses , grenade et févettes à l'huile d'olive fumée et citron vert. En dessert, un grand moment encore a été concocté par le chef avec son riz au lait crémeux aux fruits confits et crumble noisette.
Les vins sont à la hauteur de la table, haut en couleur, avec une mention spéciale pour  le Château Jaugue Blanc , grand cru de Bordeaux rouge 2009 ou le G de Château Guiraud Bordeaux blanc sec 2015...  
Enfin au départ de Paris encore, un menu Prestige est également proposé avec supplément de 55€ : les mets les plus fins et légers se retrouvent dans cette prestation. Caviar et tarama Petrossian, coeur de Saumon également de chez Petrossian, homard bleu de Bretagne et ses accompagnements selon la recette du chef Rostang, fromage affinés et enfin le clou, le fameux fondant Baulois. 

Et les tarifs...
Corsair propose un premier tarif aller-retour à 3 303.67 TTC faisant de cette Business la moins chère du marché actuellement. Les 12 sièges, que ce soit au départ de La Réunion ou de Maurice, sont déjà extrêmement convoités. 



   


Jeudi 26 Octobre 2017
Catherine RONIN
Lu 1738 fois