People Réunion

Marie Chocolat, la plus turbulente des anciennes Miss Réunion

Alors que les castings Miss Réunion 2014 battent leur plein, Madame Aude tenait à recevoir Marie Chocolat, Miss Réunion 1985... La belle Marie, fruit d’un métissage malbar par sa mère, malgache-afro yab par son père, a fait un passage tonitruant dans l’univers réunionnais de la beauté. Marie Chocolat étant la seule Miss Réunion à avoir démissionné ne pouvait qu’interpeller Madame Aude.
Aujourd’hui quinquagénaire, Marie n’a rien perdu de sa beauté et de son enthousiasme malgré de lourdes turbulences dans sa vie. Madame Aude tenait à ce focus, car Marie Chocolat est pour elle une figure de La Réunion. Partie de rien, elle a su créer le personnage de Marie Chocolat, puis se dresser contre Geneviève de Fontenay. Une empêcheuse de tourner en rond qui ne pouvait qu’être un coup de cœur. Rencontre avec une femme épanouie, et une belle réflexion sur le métissage de notre île...



"Il n’y avait jamais eu de filles noires. Moi j’assumais mon affaire!"

Leur rencontre:

Madame Aude: Cela fait un bail. Je l’ai bien connue avant même son élection, alors qu’elle était mannequin, une période où je sortais beaucoup... Elle était tellement belle. Puis je l’ai revue lorsqu’elle s’est mariée. Marie Chocolat est l’une des Miss Réunion qui m’a marquée, par sa beauté, mais aussi par son côté atypique!
Marie Chocolat: Madame Aude faisait partie du monde de la nuit... Impossible de la rater!

Les questions de Madame Aude

-Tu as été la première Miss Réunion de couleur... Comment l’as tu vécu?
C’était il y a 30 ans... J’étais peut être trop noire pour l’époque. J’ai démissionné au bout de 6 mois.
Madame Aude: Tu étais surtout trop belle et intelligente... Tu avais 23 ans. Personnellement, je ne vois jamais la couleur des gens. Dans le format de notre île, nous n’avons pas le droit de jouer au jeu des couleurs. 
Pour les municipales, je suis extrêmement choquée actuellement lorsqu’un candidat se permet de remettre en cause la légitimité de la candidature de Gilbert Annette sous prétexte qu’il soit né à Madagascar. Il est important de parler de ces discriminations pour faire avancer les choses.

-Raconte-moi ton parcours?
Je suis partie de ma case en tôle pour évoluer. Je savais que je voulais avancer. Ni mon père, ni ma mère n’auraient eu l’idée de me dire d’évoluer dans le monde des Miss. J’avais décidé de changer de vie. Toute petite, j’ai toujours su que j’allais prendre mon destin en main. Ma force a été, au fond de ma case en tôle, d’écouter André Maurice et son Petit Bal du samedi soir sur la radio publique. Je ne sortais pas volontairement, contrairement à mes sœurs. Je m’évadais, dans l’imaginaire. La radio est un média exceptionnel pour cela, que j’affectionne particulièrement. Ensuite, je me suis orientée vers un parcours de formation totalement atypique; le dessin industriel et puis un Bac de fabrication mécanique.
Madame Aude: C’est extraordinaire pour l’époque!
Nous n’étions  que quatre ou cinq filles. Je portais une casquette, je tressais mes cheveux. A l’époque, je cachais ma féminité, j’en avais même peur. J’étais très sauvage et méfiante

 


Marie Chocolat, la plus turbulente des anciennes Miss Réunion

-Et l’expérience Marie Vanille et Marie Chocolat?
J’ai fait du mannequinat rapidement et j’ai rencontré une autre sauvage, une yab, une autre Marie. Naturellement, nous sommes devenues Marie Vanille et Marie Chocolat. Nous avons fait un nombre invraisemblable de couvertures de magazines et de défilés. A l’époque les shows étaient grandioses... J’étais mannequin, je ne pensais pas du tout à Miss Réunion. Il n’y avait pas d’agence de pubs, pas ce monde de la mode. 
Nous étions les premières… (ndlr: Marie Vanille est aujourd’hui la femme de Gérard Lenormand)
Madame Aude: Miss Réunion, qui n’était pas encore organisée par Aziz Patel, était réservée aux grandes familles... Cette vulgarisation est quelque chose de nouveau. A l’époque, la plupart des filles étaient poussées par leur mère. Les choses ont bien changé! C’est incroyable la vitesse à laquelle notre île a rattrapé la métropole pour les défilés, les agences de publicité. Il y a 30 ans, il n’y avait rien.

-Alors comment t’es-tu retrouvée avec la couronne sur la tête?
Franchement, je ne l’ai pas cherchée. J’ai eu une opportunité, je l’ai saisie. Nous étions une bande de mannequins, c’était la fête. Notre chorégraphe de défilés s’est retrouvée à être en charge des castings Miss Réunion, et elle ne trouvait pas les filles qui lui convenaient. Elle nous a toutes poussées à nous présenter. C’était un jeu. 
Il n’y avait jamais eu de filles noires. Moi j’assumais mon affaire. Je savais que j’avais plus de prestance sur scène que les autres, et puis je causais bien... J’avais fait mon calcul à l’avance. Je mesurais déjà tous les freins que j’allais rencontrer. J’étais mûre, j’avais 23 ans, certains ne l’ont pas anticipé...

Marie Chocolat, la plus turbulente des anciennes Miss Réunion

-Et cette fameuse élection de Miss France qui a déclenché le scandale?
J’étais la plus vieille de toutes les Miss, du fait de mes 23 ans…
Madame Aude: Et je le répète, tu étais d’une beauté spectaculaire!
On ne voit pas sa beauté, j’étais dedans. Je voyais bien l’effet que je faisais, mais j’étais dans un état d’esprit à faire la fête. Je me suis retrouvée en métropole, à Paris avec les filles venues de tous les quartiers de France (ndlr: les régions...). Je voyais bien une petite blonde qui était toujours à côté de madame de Fontenay. Avec ma tête innocente, ils ne m’ont pas vu venir. La fille en question n’est pas venue aux répétitions, je suis allée lui demander pourquoi, elle est allée se plaindre à Geneviève de Fontenay. Cette dernière est venue me voir et m’a dit de ne pas faire de scandale, et ainsi je pourrais être élue Miss DOM-TOM. J’ai refusé,  je voulais participer jusqu’au bout. 
Evidement la petite blonde, dont la mère était une ancienne Miss Paris, est devenue Miss France, et c’est Miss Guadeloupe qui a eu le titre de Miss DOM-TOM. Avant de rentrer à La Réunion, j’ai tout raconté à un journaliste...

-Et le retour à La Réunion? 
Evidemment, j’ai été mise au placard. J’ai préféré garder mon intégrité et rendre ma couronne. Quand j’ai démissionné, j’ai ensuite fait un petit rôle dans Emmanuelle 5, le film érotique... (rires!)
Madame Aude: C’est bien de reparler de tout cela!


Marie Chocolat, la plus turbulente des anciennes Miss Réunion

-Que dois-tu à tes parents?
Ils étaient largués par ce monde de paillettes c’est certain, mais ils nous ont formé pour être comme nous sommes. Maman par exemple cousait, elle nous a donné le goût de la beauté, de  la mode, même si nous n’avions pas les moyens. Elle nous a aussi appris à prendre soin de nous, de nos cheveux, nous brosser les dents. Cette discipline, que j’ai toujours, cela vient de maman!
 
-Tu as ensuite connu un drame personnel, la perte brutale de ton mari Ludovic, alors qu’il n’avait que 40 ans ...
J’ai vraiment pris cette épreuve dans la gueule. C’est long d’accepter la mort et de s’adapter à la vie. J’y ai mis toute mon énergie. J’ai mis 10 ans, je n’avais pas le choix avec mon fils qui, à l’époque, avait 3 ans. Financièrement, je n’ai rien, mais j’ai réussi à me reconstruire, grâce à la création. Avec mes mains, je transforme (ndlr: Marie Chocolat fait des créations extraordinaires de costumes, elle s’intéresse aussi actuellement à l’art lyrique, à la danse...)
Madame Aude: Et puis, il y a aussi ta volonté incroyable de t’en sortir, malgré les critiques à l’époque. Ensuite, dans le deuil, de surmonter...
On ne reste pas à terre après le deuil. Notre tradition de veillée, d’accompagnement où l’on se retrouve, où l’on mange un carry, où l’on joue aux dominos est quelque chose de très important. La vie est vivante, la mort est juste un contrat qui se finit. Ce cheminement de deuil est un voyage initiatique, c’est atroce comme épreuve, mais il faut s’adapter.

 
Pourquoi aimez-vous Madame Aude?
Madame Aude, c’est la folie créatrice! Elle nous donne la possibilité d’avoir l’audace et l’insolence. C’est un personnage avec une double facette, son côté yab, ou zoreil vu de l’extérieur... On ne sait pas… Elle trompe son monde, mais elle sait d’où elle vient... C’est une Miss de la Terre, ça c’est certain...

Catherine Ronin
 

Jeudi 20 Mars 2014
Lu 6145 fois