People

«Mon baptême en A380»

Frédéric Rustan raconte:

Depuis le 12 juin et ce jusqu'au 30 août 2010, Air France a décidé d’exploiter des vols de certifications pour ses PNC (Personnel Navigant Commercial) dans l’A380, car les PNC ont droit à trois certifications avion dans leur carrière (ex: 747+A340+777), ce qui explique ces vols aller/retour Paris/Londres/Paris, le vendredi, le samedi, le dimanche et le lundi pour cet avion hors normes.


«Mon baptême en A380»
«J’ai donc fait ma réservation pour tester le monster. Prix à payer: 80€ TTC, à titre exceptionnel et promotionnel. Le dimanche 13 juin 2010, je me suis donc dirigé vers le Terminal 2E de Roissy CDG. Dès l’arrivée dans le terminal, les passagers sont très bien accueillis par le personnel commercial d'Air France, et nous posons tous pour des photos devant le panneau A380, avant le passage en contrôle sécurité. Puis nous prenons une navette direction la porte 53, et dès notre sortie de la navette, ils se trouvent face à nous: deux A380 dans leur version commerciale A380-800. Un vrai choc visuel que ces tous petits hommes de la maintenance et de Servair au chevet de ce monstre des airs aux dimensions incroyables! Nous sommes plus de 500 passagers (538 sièges répartis dans 3 classes) à prendre des photos partout, dans le hall d'embarquement, devant les grandes baies vitrées donnant directement vue sur les A380. Plus de la moitié des passagers faisaient, comme moi, juste l’aller/retour pour le plaisir dans la journée. Il y avait là des passionnés d'aviation, des parents avec leurs enfants en sortie dominicale, des retraités, des touristes du monde entier.

«Mon baptême en A380»
Ca y est, on annonce que l'embarquement va commencer, il est 9h35, je me dirige vers l'entrée qui mène à la passerelle pour le pont supérieur, car je voyage au deuxième étage de ce fleuron de la technologie européenne. Il y a 4 passerelles qui mènent toutes à bord de ce paquebot des airs, nous entrons la cabine, et là déjà, oh surprise, il y a énormément d'espace, l'éclairage d'ambiance est très accueillant, les couleurs de l'éclairage changent automatiquement passant du mauve au jaune, etc... En classe Voyageur (ex classe Tempo=éco), les écrans individuels sont plus grands et plus clairs, la télécommande dispose de deux écrans LCD incorporés de chaque côté, et la télécommande dispose d'une fonction téléphone et SMS avec un terminal carte bancaire integer. Les sièges sont un peu plus larges et espacés que dans le Boeing 777-300 à classe égale, et sous chaque écran individuel, il y a une prise USB qui permet à chaque passager de télécharger la musique contenue à bord de l'A380 sur sa propre clef USB, et cela gratuitement.

«Mon baptême en A380»
Même dans les toilettes, c’est une débauche de technologie, les commandes des robinets et de la chasse d'eau sont digitales. Pour les repas et autres, il y a un peu comme dans le bon vieux 747-400, des ascenseurs internes pour les chariots de la Servair entre le pont inférieur et En classe Voyageur (ex classe Tempo= éco), les écrans individuels sont plus grands et plus clairs, la télécommande dispose de deux écrans LCD incorporés de chaque côté, et la télécommande dispose d'une fonction téléphone et SMS avec un terminal carte bancaire integer. Les sièges sont un peu plus larges et espacés que dans le Boeing 777-300 à classe égale, et sous chaque écran individuel, il y a une prise USB qui permet à chaque passager de télécharger la musique contenue à bord de l'A380 sur sa propre clef USB, et cela gratuitement.

«Mon baptême en A380»
Je décide ,comme tous les autres passagers, de visiter le "monstre" avant le décollage, alors j'emprunte l'escalier pour descendre au pont inférieur traversant les 70 mètres de la cabine, puis je remonte en passant par la première classe par l'escalier avant qui donne juste en face du cockpit 10h05, nous allons bientôt décoller, l'A380 roule sur le tarmac de Roissy CDG pour sortir du "taxyway" (parking) vers la piste de décollage. Il y a trois caméras à notre disposition sur l'écran individuel, une sous l'appareil, une devant l'appareil, et la dernière est logée en haut de l'immense aileron de queue. Nous entendons dans les haut-parleurs de la cabine la fameuse phrase: "PNC A VOS PORTES, PASSEZ SUR ARME LES TOBOGGANS, VERIFIEZ LA PORTE OPPOSE ET CONFIRMEZ, JE VOUS REMERCIE ...", annoncée par la chef de cabine à son armée de PNC (ils sont 23 aux petits soins pour nous et ne refusant pas de prendre la pose avec les passagers et de faire des photos aussi). Soudain, lors du roulage, un bruit de moteur électrique dans le plafond de la cabine, il s'agit en fait d'écrans LCD 19 pouces (48 cm) qui étaient cachés dans le plafond de la cabine et qui se sont automatiquement déployés en divers endroits pour nous montrer la démonstration de sécurité à bord et la phase de décollage depuis l'aileron de queue.

«Mon baptême en A380»
Nous arrivons en bout de piste, prêt pour le décollage, le commandant met les gaz, l'A380 roule jusqu'à atteindre la vitesse V1 qui désigne la vitesse limite au-delà de laquelle le décollage doit obligatoirement avoir lieu, y compris en cas de dysfonctionnement majeur, en raison de la distance disponible sur la piste pour s'arrêter. Puis on atteint la vitesse de rotation, appelée Vr, le pilote peut commencer à tirer sur le manche pour faire prendre à l'avion l'assiette de décollage, ce qui entraîne l'envol (les roues quittent le sol), et ensuite c’est la montée. Et bien sûr à l'intérieur de la cabine, l'A380 tient toutes ses promesses, nous avons à peine ressenti le décollage et l'effet de la poussée, et tout cela dans un silence absolu. Rien, mais alors rien à voir avec les 777-300 qui font La Réunion/Paris! Voilà, nous sommes à V2, la vitesse de sécurité au décollage, direction Londres-Heathrow pour un atterrissage à 10h 25 (-1h en Angleterre). L'A380 monte à son altitude et à sa vitesse de croisière soit respectivement 10 000 mètres et 968 km/h, pour ensuite redescendre aussitôt, car le vol ne dure que 40 minutes, la distance entre Paris et Londres étant de 340 km, juste le temps pour les PNC de nous servir une collation (jus divers ou vin ou bière + cookies ou crackers), et de desservir aussi rapidement. Puis nous entamons la descente sur Londres, et au bout de 10 minutes, nous survolons Londres, le ciel dégagé, il fait 20°C au sol, nous apercevons le Dôme du Millénaire, la City, et la Tamise. L'A380 ce dirige vers la piste de Heathrow que nous avons en visuel sur les écrans LCD 19 pouces qui ont ressurgi du plafond pour la phase d'atterrissage ,avec une vue de la caméra située en haut de l'aileron de queue. Les roues touchent le sol anglais en douceur (incroyable pour un appareil qui accuse un poids de 560 tonnes tout de même!), nous roulons jusqu'au "taxyway" (parking), à la sortie de l'avion les PNC nous remettent un certificat de vol en A380, souvenir signé par le chef pilote, et nous passons devant les baies vitrées de Heathrow. Il y a là des dizaines de passagers, PNC, pilotes, et personnels commerciaux de diverses compagnies, agglutinés pour prendre des photos et aussi tout simplement admirer cet avion magnifique, et c'est là que nous prenons conscience de cette expérience unique et si jouissive. Le temps de faire un tour dans le plus grand Duty Free d'Europe puis retour 2 heures plus tard, Terminal 4, dans le même A380, avec les mêmes PNC et le commandant et son OPL, qui ne sont pas sortis de l'appareil et qui ont mangé à bord... L’A380, un avion exceptionnel à tous points de vue que les Réunionnais espèrent revoir à Gillot dès que possible.»

F.R.

Dimanche 12 Septembre 2010
A P
Lu 2965 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 11 Janvier 2017 - 16:52 Barack Obama en larmes évoque Michelle