Evénement

Taekwondo - Mathilde Thiao Layel : Lima, c'était le Pérou...

Triple-championne de France de Taekwondo en avril 2016, Mathilde Thiao-Layel a ainsi obtenu son ticket pour les championnats du monde à Lima, au Pérou. Une aventure extraordinaire qui a permis à la Réunionnaise licenciée au Tampon Dojang de pouvoir se frotter aux meilleures. «Du tout bénéf'», dixit Philippe Bernard, Tamponnais lui aussi, et responsable de la délégation française lors de ces derniers mondiaux de ce mois d'octobre.


L'équipe de France de Taekwondo technique, conduite par Philippe Bernard. Mathilde Thiao Layel est deuxième à partir de la droite
L'équipe de France de Taekwondo technique, conduite par Philippe Bernard. Mathilde Thiao Layel est deuxième à partir de la droite
«Malgré cette sortie, Mathilde n'a pas raté son championnat du monde... Elle a tenu son rang». Philippe Bernard ne passe pas par quatre chemins pour le dire, car l'élimination prématurée de Mathilde Thiao Layel est un coup du destin : elle tombe sur une Iranienne future médaillée de bronze, et surtout , de par l'application des nouvelles règles, notre représentante se trouve «barrée » par des compétitrices qui ont obtenu des notes moindres que les siennes.  Dans ces cas-là, les meilleures peuvent être écartées par un simple tirage au sort défavorable.

Sur le coup, c'est la déception, pour elle et tous ses camarades de l'équipe de France, et surtout pour ses parents Jean-Luc et Guylène, venus spécialement à Lima pour la voir à l'oeuvre. Avec du recul, Mathilde encaisse le coup et se montre confiante. Aujourd'hui elle a 25 ans, elle est jeune, elle a encore plein de compétitions devant elle. Au club Taekoo de Paris où elle s'entraîne , elle est bien entourée :  il y a notamment le champion de France Christophe Ter et tout un groupe bleu-blanc-rouge.

Paris, la Réunion, même combat...

C'est à l'âge de 5 ans que Mathilde Thia Layel est montée sur un tatamis, celui du Tampon Dojang. Papa pratiquant assidu, il était presque inévitable de ne pas la voir un jour enfiler son kimono, et depuis les couleurs de la ceinture ont changé, pour être aujourd'hui celle du noir 1er dan. Elle fut multiple championne de la Réunion technique, puisqu'elle avait finalement choisi la voie des « poumsae » – l'équivalent du kata au karaté - à la place des combats. Les études à Roland Garros puis à Paris dans le domaine de la Communication, Mathilde poursuit son bonhomme de chemin dans la capitale où elle s'est adaptée.

« Mathilde est une fille motivée, bourrée de qualité mais qui a besoin d'être cadrée...Elle est toujours souriante et pleine de vie et elle appréciée au sein de son groupe, que ce soit au niveau du club ou en équipe de France », poursuit Philippe Bernard. Ce dernier apprécie d'ailleurs qu'elle ait gardé sa licence au club Tamponnais qui l'a formée : «C'est une marque de confiance et de fidélité. Tout le monde au Dojang en a conscience. On a trouvé un terrain d'entente avec le Taekoo de Paris, des échanges se font tout naturellement entre les deux associations ». Alors que ce soit à Paris où elle côtoie le gratin français du karaté volant ou à la Réunion terre de ses racines, Mathilde trouve toujours chaussures à son pied pour toujours avancer, avancer et encore avancer.


Roland Chane



Mathilde Thiao Layel avec deux copines de l'équipe de France, Lianah et Clara. Le bleu-blanc-rouge leur va si bien...
Mathilde Thiao Layel avec deux copines de l'équipe de France, Lianah et Clara. Le bleu-blanc-rouge leur va si bien...

Questions à une championne:
Vous êtes tombée sur une Ukrainienne au premier tour...Un combat difficile?
«C'était une Iranienne. Effectivement ce n'était pas évident car c'est un pays qui a un très bon niveau au Taekwondo, que ce soit en technique ou en combat. Ce sont des professionnels et ils ne font que ça. Nos notes n'étaient pas si éloignées l'une de l'autre, je ne garde que le meilleur, en tout cas c'était génial d'avoir pu me mesurer à cette athlète qui s'est retrouvée sur la 3ème marche du podium».

C'était une découverte ce championnat du monde?
L'ambiance au sein de l'équipe de France?

«C'était ma plus belle expérience en matière de compétition car c'est tout simplement la compétition la plus prestigieuse à laquelle un athlète du taekwondo technique peut participer. Il y avait un niveau impressionnant. Quelle chance d'avoir été parmi tous ces champions ! L'ambiance au sein de l'équipe était sympa, elle se composait d'athlètes, des entraineurs, d'un chef de délégation, et bien sur d'accompagnateurs je pense bien entendu à mes parents que je ne remercierai jamais assez d'avoir fait le déplacement pour vivre cette aventure avec moi».

Qu'avez-vous appris?
Qu'est-ce qu'il vous a manqué pour aller plus loin dans cette compétition?

«J'ai appris énormément lors de cette compétition. Les pays asiatiques sont vraiment impressionnants et pour cause ce sont des professionnels. S'imprégner d'un tel niveau est primordial dans la vie d'un athlète. Je comprends mieux la façon dont je dois m'entrainer, les axes sur lesquels je dois plus insister pour m'améliorer. Notamment la souplesse, j'avais déjà beaucoup progressé mais je sais que je peux faire encore plus à présent»

Votre ( ou vos) prochain (s) objectif (s)
«Le plus bel objectif sera le championnat d'Europe en juin 2017. Mais avant cela il faudra que je garde mon titre de championne de France, et bien sûr que je continue à faire de bons résultats lors des différents open en équipe de France. La prochaine compétition en vue est l'Open labelisé de Lille. La délégation Réunion fera également le déplacement, une bonne occasion de partager un moment avec la relève réunionnaise»...Je tiens à remercier tous mes proches pour leurs soutiens, ma famille, mes amis, mes parents, sans eux je n'en serai pas où j'en suis, je leur suis tellement reconnaissante de croire aussi fort en moi. Alors juste merci de me donner autant de force».

Une belle photo-souvenir des tricolores, lors du 10ème championnat du monde de Taekwondo
Une belle photo-souvenir des tricolores, lors du 10ème championnat du monde de Taekwondo

Mathilde Thiao Layel , une jolie tête bien pleine et Philippe Bernard, Chef de la délégation française à Lima.
Mathilde Thiao Layel , une jolie tête bien pleine et Philippe Bernard, Chef de la délégation française à Lima.



















Samedi 29 Octobre 2016
Lu 231 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 8 Août 2018 - 15:42 15 ans de calvaire pour l'esclave sexuelle