People Réunion

Thérèse Baillif, présidente du CEVIF

Une vie de combat pour les femmes réunionnaises
«Elle a tout mené de front, elle est incroyable!»
Une grande complicité, nouée autour d’un immense respect mutuel, unie Thérèse Baillif à Madame Aude. A plus de 80 ans, 82 très exactement, l’incontournable Madame Baillif continue à se battre bec et ongles contre la souffrance, la misère, notamment lorsqu’elles touchent les femmes. Cette catholique pratiquante a été cadre à l’ONF (Office National des Forêts), à une époque où il n’était pas si facile de s’imposer en tant que femme. Elle-même avoue s’être endurcie dans son travail... Là, lui est indéniablement venue sa vocation de faire s’exprimer les femmes. Puis, peu à peu, les femmes victimes de violence sont venues à elle... Sa prise de conscience de l’ampleur du phénomène dans notre ile a été immédiate... Elle a compris, en précurseur, que l’origine de ses fameuses violences avait pour nid la famille et qu’il fallait prévenir les inéluctables violences en amont... Eduquer, militer pour l’égalité homme femme, en 1990 sa machine de guerre et un immense chantier étaient lancés, donnant naissance à un collectif d’associations dont elle prendra légitimement la présidence, le CEVIF. Sa légendaire discrétion, et le soutien indéfectible de son époux et de ses deux enfants, allaient lui permettre d’aller très loin…


Thérèse Baillif, présidente du CEVIF
Leur rencontre
Madame Aude
Je connais Thérèse depuis toujours...
 Thérèse Baillif
J'ai une photo prise avec elle dans les années 80. C'était à l’AFAR, un dîner discussion avec l'ensemble des adhérents et Aude était là. C'était la première association et Nassimah (ndlr: Dindar) était une petite prof, au début de sa carrière à l'époque. Elle voulait faire de la politique, je l'ai amenée dans les Ministères, à l’Assemblée Nationale. Elle dit que c’est grâce à moi qu’elle a pris cette route là. Il y avait alors deux associations, l'UFR  très orienté politiquement, et l'AFAR, des associations qui rassemblaient des femmes qui voulaient s'exprimer. J'ai parfois été cataloguée à droite... Je partage à 100% le combat d’Huguette Bello pour la parité. Je mène un combat pour les femmes, c'est tout, une action qui a porté ses fruits. Je suis citoyenne de la Ville de Saint-Denis, même si je ne fais pas de politique ouvertement. Je veux rester indépendante et garder pour moi mes propres croyances et convictions... Ni de gauche, ni de droite, je ne mélange pas les genres. Dans mon conseil d’administration, il y a de toutes les couleurs politiques. Je suis à la tête d’un collectif qui met en lien les associations afin de mutualiser leurs moyens. Aujourd’hui plus de 25 associations sont regroupées au sein du CEVIF. On s’expose en devenant une personne publique, je ne le veux pas. En revanche je revendique le droit d’avoir mes propres convictions. Ce qui m’agace terriblement avec les politiques, c’est lorsque l’on a l’impression de leur soutirer de l'argent. Nos associations leur coûtent dix fois moins chères que si ils devaient gérer dans leur collectivité!
 Madame Aude
Pareil pour moi! Moi, j'étais dans les deux associations, avec le côté classique de l'AFAR et l'UFR plus virulent. J’aime les deux. 

Thérèse Baillif, présidente du CEVIF
Quelle est ta position aujourd’hui?
 
Thérèse Baillif

L’UFR fait énormément de choses, et nous avons une estime réciproque. Nos actions sont différentes. Nous n'avons pas forcement le même caractère et le même tempérament. Chaque association garde son indépendance totale au sein de la CEVIF. Chaque jour je donne des informations à l’ensemble du réseau
Je suis plus dans l’interpellation, j’écris aux Ministères. En fait j’ai toujours eu tendance à m’occuper, j’avais monté un syndicat  quand je travaillais! C’est pas mal pour une grande timide!
 
Madame Aude
Je ne veux pas que tu te sous-estimes. Tu dois te pousser en avant un peu. C’est ce qui m’intéresse chez Thérèse. Elle est toujours sur les derniers bancs, il faut la traîner alors qu’elle a fait, et continue à faire à son âge, un travail incroyable pour les femmes Réunionnaises.

Thérèse Baillif, présidente du CEVIF
 Comment les gens viennent- ils à vous? Comment respecte-t-on le secret, la discrétion?
Pour le CEVIF nous sommes formées. L'écoute et l’aide ne s’improvisent pas. Il est impératif que des spécialistes puissent donner aux victimes ce dont elles ont besoin. La formation permet d'avoir du recul. Les gens viennent orientés par des médecins, le CHD, la Police. Des relais se mettent en place mais ce n’est pas suffisant. Il est ensuite impératif d’évacuer. Il y a l'écoute mais ensuite l’accompagnement et le suivi. Une personne peut revenir, même un an après, nous voir si elle a besoin.

Thérèse Baillif, présidente du CEVIF
Je ne t'ai jamais entendu dire du mal de qui que ce soit... Comment fais tu, c'est tout le contraire de moi?... Thérèse est quelqu’un d’extrêmement efficace, comme Bernadette Ladoge. Il y a en elle un humain extraordinaire, une générosité incroyable. Elle n’accepte pas la misère, la souffrance. C’est notre point commun. Comme Thérèse je n’ai jamais cherché de retours mais pour nous avons pris des coups!
 
Aude me pousse, elle est autoritaire, elle m'oblige à venir parfois à des réunions et ne me laisse pas le temps de parler, elle fait comme si elle n'avait pas le temps de discuter. C’est quelqu’un qui m’a toujours impressionnée par cette capacité à être toujours identique à elle-même. Elle est dans la continuité avec cette force tranquille.
 
Madame Aude

 Je rêverais d’être comme elle à son âge. Elle a tout mené de front, elle est incroyable. Elle n’a jamais négligé son travail, sa vie familiale, tout en menant de front son milieu associatif. Je voudrais qu’il y ait des milliers de gens comme elle. Elle n’est pas de tel ou tel bord comme elle l’a dit. C’est si facile de critiquer lorsque l’on est le derrière dans son fauteuil ! Si elle n’est pas là, je l’appelle, elle n’a pas le choix! C’est une grande Dame!

Thérèse Baillif, présidente du CEVIF
Les associations:
CEVIF : Collectif pour l’Elimination des Violences Intra Familiales 02 62 41 80 80
AFAR: Association Femme Actuelle Réunion. Ce fut la première association fondée par Thérèse Baillif
UFR: Union des Femmes Réunionnaises. Association présidée par Huguette Bello 02 62 55 59 82
AMAFAR : Association des Maisons de la Famille de La Réunion. 02 62 30 53 30 ou 02 62 30 65 95

Mardi 4 Juin 2013
Lu 332 fois